samedi 26 décembre 2009

Poussière

Cabinet des curiosités  Johann Georg Hinz  1666Il neige sur la tour EiffelDans la prière de ses mainsla boule chaude comme un seinenserre un passé lointain.La courbe rose d'un coquillageouvre l'écho d'un beau voyageDe son plumeau elle rend nickelune poupée aux yeux de verrele globe cabossé de la terreC'est un dimanche ordinaireelle dépoussière les étagèreselle pense à tout autre choseen effleurant toutes ces chosesElle caresse de son plumeaula longue file des bibelotsle cadre de la fête des mèresla pipe culottée de son... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 14 août 2009

Peplum

C’était à RomeDans un peplumJ’étais DidonT’étais EnéeDidon d’Enée AbandonnéeTu fus mon hommeDans un peplumSous nos sternumLe sang battaitLibidineux ad libitum  Croquant la pommeDans un peplumTu fus mon hommeJ’étais DidonMa libidoVers le summumC’était à RomeDans un péplumLibertinant ad libitumNos libidos au maximumDe Rome deSon decorumNe garderons Qu’un erratumC’était bidonSous le sternumC’était à RomeDans un peplumJ’étais DidonT’étais EnéeDidon d’EnéeAbandonnée
Posté par pado1954 à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 10 août 2009

Lépidoptère

  J'étais fille sans poidsfille sans foi ni loi des baisers papillons palpitaient près de moi sans jamais se poser sans jamais s'attarder J'étais fille de l'air de joie et de lumière j'aimais les vols gracieux les amoureux larcins    de ces lépidoptères Et voilà que l'un d'eux se colle à mon sein et tatoue ses deux ailes au bord de mes dentelles ! J 'étais fille sans peinefill' de roi presque reine les baisers tourbillons se piquaient à ma traîne  sans jamais m'arrêter sans jamais m'épingler j'étais... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 20:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 2 juillet 2009

Hymne à l'amour

Ce n'est pas qu'j'sois cruelleque j'aie l'âm'criminellemais c'est vrai c'est un faitle seul être que jamaisj'eus envie de tuerc'est toi chéri c'est toiTes draps furent suairesTes nuits chemins de croixN'éprouve aucun effroi à cet aveu sincèrec'est de l'amour je croisDans des rêves sanglantset tout dégoulinantsj'ai découpé tes chairsvoluptueusementà la hache au couteauou bien plus simplementaux modestes ciseauxdépecé de sang froidN'éprouve aucun effroià cet aveu sincèrec'est de l'amour je croisPour trouver dans ton corpsla porte... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 14 juin 2009

Le taxi gris

Le taxi grisSoho soloLe saxo chaud sur son Sonycrie dans la nuitSur les grands axestout se désaxeLa ville scintilleSuzie s'enfuitdans un taxi grisLes trottoirs dansentle ciel se plieGetz la saisitdans le silence de son exilLe pare brisese brumiseSuzie s'enfuitdans un taxi grisPhares en faisceauxCorps en morceauxLa peur s'aiguiseSexe et cookiesScène en lavisA ses oreillesle saxo feuleSuzie s'enfuitdans un taxi grisJazzy saxoanches et roseauxvie à vau l'eauun mot de trop dans un textoDexter excelleles rues s'emmêlentSuzie s'enfuitdans... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 10 juin 2009

DAMES

DAMES Les dames, ça fait des dramesça fout sur l'macadamEn tout état leur âmeLes dames ça se pâmeLes dames ça s'affameça fuit les kilogrammesça suçote des clamsça raffole des hammansmoi qui n'suis qu'un quidamprimitif polygamemon coeur fait le tam-tamet s'ouvre astram gramje clame je proclameles dames c'est ma cameje leur offre un lingamen trophée en sésameLes dames ça s'enflammeça surjoue, ça déclamec'est souvent monogamesça trouve l'harem infâmeLes dames se rêvent madamessquaws dans de lourds wigwamsfemmes fatales sous litsambiches... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 24 avril 2009

Fatale

    A la fin de La sirène du Mississipi de François Truffaut ( 1969) , Belmondo (Louis Mahé) titube dans la neige, amaigri, fiévreux. Il s'appuie sur  Catherine Deneuve (Marion-Julie) qui a essayé de l'empoisonner avec de la mort aux rats. Il a accepté cette torture infligée par celle qu'il aime ; le film s'achève sur un dialogue , décalé, étrange, volontairement « récité » , et repris mot pour mot sur une scène de théâtre, à la fin du Dernier métro ( 1980)  par Depardieu face à la « même » Deneuve-Marion :-Ta... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 22 avril 2009

Boxe

Sous un tilleul en pyramideParé à tous les homicidesLe temps chenille, indifférent.Les buissons se tachent de sang.L'aile froissée du papilloneffleure l'ombre d'un coconEncore un  round, mon coeur se batSur le ring, las, pulse le sang.je boxe je danseje boxe j'avancesur le ring, là, gants en avantLes saisons tombent une à une.Les nuits s'envolent de lune en lune.La plaie appelle le couteau.Le gazon palpite d'oiseauxIls dévorent les vers de terre.Les jours se choquent comme des verres.Encore un  round, mon coeur se batSur le... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 7 avril 2009

Pas

Photo de Michelle MurayDe toi à moiil n'y a qu'un pasun pas de deuxpas périlleuxtout s'y noueraits'y dénoueraitun ballet blancd' Eve et d'AdamDe moi à toiy'a l'infinides jours des nuitsdes nébuleusesAldébaranet Beltégeuseun océande cieux mouvantsDe toi à moiil n'y a qu'un pasun pas de deuxpas dispendieuxpas à marquerpas à sauter sans s'affolersans se hâterDe moi à toiy'a l'empreinted'une douleurou d'une erreurdes murs d'enceintedes lunes éteintesun souvenirsans avenirDe toi à moi il n'y a qu'un pasun pas de loupsans garde fouun pas... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 mars 2009

Sans drame, sans dam

Sans drame, sans damDu passé j' effacel'empreinte la tracela buée collantede la vitre aimante la fonte d'un coeurqui navre les heures.Dans la nuit en loquesla ligne de cokel'ardoise rempliede rêves à crédit.J'efface ta detteJ'aspire les miettesjusque dans le lit. Je fais place nette.sans drame sans damDu passé j'efface l'empreinte la tracesans voiler ma face.Sur le pare brisej'oublie la pluie griseSur le lin froisséles ronds de caféle sang auréolele sens de ton rôlele rouge baisersur ton col blessésur mes yeux éteintsle fard des... [Lire la suite]
Posté par pado1954 à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]